Comité sectoriel de main-d'œuvre des industries des portes et fenêtres, du meuble et des armoires de cuisine

Agent de commerce international
   




Il y a trois ans, Sidney Miranda a fondé APEN (Alliance panaméricaine pour l’expansion des marchés), une entreprise spécialisée dans le développement du commerce international. Parmi ses clients, des fabricants de meubles et des constructeurs de maisons qui font appel à lui dans le but de développer de nouveaux marchés. En devenant entrepreneur, Sidney mettait ainsi à profit son expérience acquise préalablement au sein d’une maison de commerce international.

Ce que je fais
Chaque nouveau mandat apporte à Sidney des défis différents. Il peut s’agir d’un fabricant de meubles de bureau ou d’un concepteur de logiciels d’aménagement intérieur qui veulent étendre leur marché, par exemple. «Chaque produit nécessite sa propre stratégie de mise en marché, son réseau de distribution», explique Sidney.

Celui-ci s’occupe de tous les aspects de la commercialisation d’un produit: le marketing, le financement, la distribution, la logistique, les formalités gouvernementales, le transport, les tarifs douaniers, etc. Il concentre ses activités sur plusieurs marchés d’Amérique latine, soit l’Argentine, le Chili, l’Uruguay et le Mexique.

L’essentiel de son temps est consacré à la recherche d’information et à l’analyse des données recueillies pour connaître les besoins de chacun des marchés, déterminer les produits gagnants, savoir quelles sont les procédures à suivre, etc. Sidney trouve cette information auprès de multiples sources: des instances gouvernementales, des organismes liés au monde des affaires, etc. De plus, au fil des ans, il a développé un réseau de partenaires d’affaires (distributeurs, agences douanières, chambres de commerce, etc.) dans chacun des pays où il travaille. Ces partenaires l’aident à préparer le terrain pour répondre aux besoins de ses clients.

Ce qu’il faut
Sidney a un baccalauréat en économie ainsi qu’un diplôme d’études supérieures (DES) en commerce international. Pour ajouter des cordes à son arc, il a de plus suivi de nombreux séminaires organisés par des associations d’affaires ou différents ministères qui lui ont permis d’acquérir des connaissances concrètes et utiles.

«Ce métier exige qu’on soit débrouillard parce que l’information est souvent difficile à trouver», affirme Sidney. Parmi les autres atouts essentiels, il nomme le sens de l’organisation, la patience, la ténacité et la persévérance. «En moyenne, il faut trois ans de travail avant de développer un nouveau marché, poursuit-il. Il faut savoir déléguer et aller chercher le maximum des ressources dont on dispose sur place.» À cela s’ajoute la connaissance de la langue du pays où l’on veut faire affaire. À ce chapitre, Sidney bénéficie d’un avantage puisque sa langue maternelle est l’espagnol. Il parle également français et anglais. Au-delà de la langue, il faut aussi connaître les us et coutumes du pays concerné. «On doit bien comprendre comment les gens interagissent. C’est très important de respecter le protocole des affaires. Cela exige donc d’avoir l’esprit très ouvert.»

À quoi ressemble mon travail
Sidney partage son temps entre son bureau situé à Québec et ses nombreux voyages en Amérique latine. «Je passe au moins la moitié de l’année à l’étranger», soutient-il. Selon Sidney, les voyages se font plus fréquents lorsqu’il s’agit de développer un nouveau marché. Quand son réseau de partenaires est bien établi, les déplacements sont plus espacés. Il peut alors communiquer avec ses collaborateurs soit par téléphone, par télécopieur ou par courriel.

À quoi je peux aspirer
À l’instar de Sidney, un agent de commerce international peut fonder sa propre entreprise. Il peut aussi exercer ses fonctions pour une maison de commerce international. En cumulant de l’expérience, il est possible d’accéder à un poste de vice-président au marketing international pour une importante entreprise industrielle. «Les offres ne manquent pas», confie Sidney.

Intérêts
• Aimer la gestion d’entreprise, s’occuper de finance ou de commerce.
• Aimer les chiffres et les mathématiques.
• Aimer communiquer avec les gens pour les persuader et les convaincre.
• Aimer accomplir des tâches de création artistique.

Aptitudes
• Avoir un sens aigu de l’organisation du travail.
• Avoir de la facilité à communiquer oralement et par écrit.
• Habileté à faire des calculs rapidement et avec exactitude.
• Habitude à remarquer les détails dans les chiffres et les mots.
• Avoir un sens aigu de l’observation et de la diplomatie.
• Être patient et débrouillard.