Comité sectoriel de main-d'œuvre des industries des portes et fenêtres, du meuble et des armoires de cuisine

Consultez les archives

Sommaire

Été 2019
Version PDF

Transformation de l’emploi

Solution RH à la carte

Formation continue

Aide au Recrutement



Membres du Conseil d’administration

COPRÉSIDENTE PATRONALE
Virginie Cloutier

Association des fabricants et détaillants de l’industrie de la cuisine du Québec (AFDICQ)

COPRÉSIDENT SYNDICAL
Sébastien Pageau

Unifor (FTQ)

TRÉSORIER
Yves Guérette

Unifor (FTQ)

SECRÉTAIRE
Gina Gaudreault
Association de vitrerie et fenestration du Québec (AVFQ)

REPRÉSENTANTS SYNDICAUX

Daniel Beauchemin
CSD

Pierre Leduc
Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN)

Sylvain Roy
Représentant national Unifor

REPRÉSENTANT PATRONAL
Gilles Pelletier

Association des fabricants de meubles du Québec (AFMQ)

REPRÉSENTANTE GOUVERNEMENTALE
Isabelle Beauchemin

Conseillère en intervention sectorielle Direction du développement des compétences et de l’intervention sectorielle Secteur Emploi-Québec Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale


Avec la contribution financière de :
Logo Emploi Québec

Employés du Comité sectoriel

Christian Galarneau
Directeur général et coordonnateur

Mario Dubois
Responsable des communications

Jocelyne Bellemare
Coordonnatrice à la formation

logo CSMO

1649, rue Fleury Est, bureau 200
Montréal (Québec) H2C 1S9
Téléphone : 514.890.1980
Télécopieur : 514.890.1450
Courriel : info@solutionsrh.net
Site Internet : www.solutionsrh.net
Automne 2018
Poste-Publication No de convention 41521516

Bulletin Info Main-d'œuvre

Adaptation au virage numérique

À la rentrée, le Comité sectoriel lance un diagnostic 4.0 visant à mesurer la maturité numérique des entreprises de l’industrie, l’impact des transformations sur l’emploi, les compétences des travailleurs, la formation et les mesures d’adaptation. Trousse d'info

L’étude invite d’abord le manufacturier à faire l’inventaire des outils informatiques et technologiques (interconnectivité logiciels, équipements et capteurs data-clients-machines) qui supportent l’ensemble des étapes de la chaîne de production.

Le bilan de l’actif numérique lui permet ensuite de voir jusqu’à quel point les innovations 4.0 sont susceptibles d’être intégrées ou non dans son usine : automatisation, robotisation, intelligence artificielle, analyse avancée des données, modélisation des produits, simulation des livrables, entretien prédictif des équipements, impression 3D, réalité augmentée, internet des objets, etc.

Un autre volet de la consultation cherche à préciser en quoi les changements peuvent affecter les fonctions de travail, le profil de la main-d’œuvre et l’expertise requise.

L’enquête est confiée au CEFRIO, un partenaire du ministère de l’Économie et de l’Innovation (MEI), qui contribue à l’appropriation du numérique dans les petites et grandes entreprises du Québec. L’organisme est chargé de la préparation du questionnaire, de trois groupes de discussion et de 10 études de cas, du traitement des données et de la production d’un rapport.

Entre septembre et décembre prochains, une firme de sondage, sous la supervision du CEFRIO, prévoit solliciter la participation de plus de 1500 manufacturiers. Le Comité sectoriel, les partenaires du marché du travail et les associations patronales et syndicales conjuguent leurs efforts dans cette campagne promotionnelle. L’objectif est d’obtenir l’adhésion d’au moins 350 répondants. Ce qui permettrait de brosser un portrait plus fidèle de la situation par industrie, par sous-secteur d’activité et par région.

Les faits saillants du diagnostic 4.0 seront dévoilés le 17 mars 2020 à l’occasion de l’exercice de planification stratégique triennal de l’industrie qui est organisé par le Comité sectoriel au Centre de congrès de Saint-Hyacinthe. Vous êtes cordialement invité à vous y inscrire à partir de la page d’accueil du site solutionsrh.net.

Recrutement et relève
Rendez-vous du 17 mars 2020

Le Comité sectoriel organise une activité de brainstorming qui invite les anufacturiers à sortir des sentiers battus pour trouver des solutions aux problèmes de recrutement et de remplacement d’une main-d’oeuvre de plus en plus rare et exigeante.

Dans cinq à dix ans, selon des études américaines et canadiennes, une partie de la main-d’œuvre occupant des métiers exigeant peu de qualification risque d’être réaffectée à des tâches moins répétitives qui seront exécutées par le nouvel écosystème numérique.

L’innovation manufacturière nécessitera des artisans, créateurs, techniciens, analystes, programmeurs, gestionnaires et autres professions techniques et universitaires plus spécialisées.

Bon nombre de dirigeants, de travailleurs d’usine et d’employés de bureau de l’industrie sont donc appelés à vivre des changements importants et à s’y adapter, d’où l’importance de prendre toute l’ampleur du phénomène.

Solution RH à la carte

Vous avez du mal à pourvoir des postes d’entrée, spécialisés, techniques ou professionnels? Vous éprouvez des difficultés à garder vos employés? À cause du vieillissement de la population active et de la concurrence multisectorielle accrue accaparant les perles rares, la recherche d’une main-d’oeuvre compétente s’annonce encore plus difficile à l’avenir! Trousse d'info

La session de remue-méninges du 17 mars 2020 vise à trouver des solutions sur mesure à vos problèmes de recrutement et de relève.

Un atelier proposera une démarche d’évaluation des besoins des postes permettant d’identifier le profil de compétences recherché. L’activité aide à explorer des bassins de main-d’oeuvre pertinents moins traditionnels, mais aussi à prendre en compte la flexibilité des horaires, l’actualisation des conditions de travail, la formation en milieu de travail, la réduction du taux de roulement, l’automatisation, etc.

Pour démarrer cette journée RH triennale, le Comité sectoriel fera un tour d’horizon du diagnostic sectoriel 2018 en exposant les changements dans la composition de l’emploi et le profil de main-d’oeuvre disponible. Le CEFRIO dévoilera les résultats d’une étude sur la maturité numérique des manufacturiers et l’impact du 4.0 sur l’emploi, les métiers, les compétences, les méthodes de formation et les mesures d’aide.

Ce brassage d’idées alimentera la réflexion du Comité sectoriel, des membres du conseil d’administration, des manufacturiers et des partenaires du marché du travail en vue de déposer un plan d’action sectoriel 2020-2023 sur l’adaptation de la main-d’oeuvre.

L’activité se tiendra au Centre de congrès de Saint-Hyacinthe. Inscrivez-vous sur le site du Comité sectoriel à partir de la page d’accueil solutionsrh.net. Il est aussi possible de le faire sur le portail des associations patronales (AFDICQ, AFMQ, AVFQ).

Retombées des activités

En 2018-2019, le Comité sectoriel a redoublé d’efforts pour suivre l’évolution du marché du travail et adapter la main-d’oeuvre aux mutations de l’emploi.
  • Lancement de la veille en continu clicemplois.net des besoins de main-d’oeuvre, de formation et de GRH auprès de 1200 manufacturiers
  • Effort promotionnel (contacts directs et téléphoniques) auprès de 350 entreprises
  • Référencement des données à quelque 350 organismes d’employabilité
  • Attestation d’études professionnelles en mode alternance travail-études du métier d’assembleur de portes et fenêtres (40 participants)
  • Perfectionnement des superviseurs (24 participants)
  • Formation des compagnons (81 participants)
  • Tenue du Grand Rendez-vous RH (27 participants)
  • Tournée promotionnelle des six normes professionnelles et de la reconnaissance des compétences des travailleurs (71 entreprises visitées)
  • Signature d’ententes du Programme d’apprentissage en milieu de travail (615), en hausse de 9 % par rapport à 2015-2016
  • Livraison d’une première enquête salariale en 2018
  • Production d’un diagnostic sectoriel sur les besoins de main-d’oeuvre 2018

Formule d'alternance travail-études
AEP-Assembleurs de portes et fenêtres

En 2019, une quarantaine de travailleurs de quatre entreprises de Lanaudière et de la Montérégie ont participé au programme menant à l’attestation d’études professionnelles d’assembleur de portes et fenêtres.

Cette option offerte en alternance travail-études permet de former des travailleurs au lieu de les mettre à pied temporairement. Ainsi, ils réintègrent l'usine avec une expertise reconnue par le ministère de l’Éducation du Québec.

Les entreprises participantes (Groupe Novatech, Portes et fenêtres Président, Groupe Atis, Portes et fenêtres Dimensions), tout comme les travailleurs-étudiants, ont apprécié la formule qui s’avère à la fois un moyen d’adaptation de main-d’oeuvre, de rétention de personnel et de planification de la relève.

Formule d'alternance« Apprendre, pratiquer avec les matériaux et les équipements en usine, c’est plus concret », confie Cynthia Robert, employée de production en poste depuis l’automne 2018 chez le manufacturier Novatech de Sainte-Julie. La jeune femme a élargi son savoir-faire durant sa formation en se familiarisant avec les techniques de fabrication de Portes et fenêtres Président qui offre un produit différent de son employeur. « J’ai appris un peu de tout, bien au-delà de ma tâche actuelle, ajoute-t-elle. Même un travailleur ayant beaucoup plus d’ancienneté que moi peut aller chercher un gros bagage. »

L’activité d’apprentissage consiste à acquérir les connaissances, les habiletés et les attitudes nécessaires touchant les bons de commande, le choix et la préparation des matériaux, l’usinage des pièces, l’assemblage des divers profilés, la pose des produits verriers et de la quincaillerie, la finition, la vérification et l’emballage du produit.

Le programme dure 625 heures, dont 280 heures en entreprise. Une subvention applicable (une valeur de 15 665 dollars par participant) couvre les salaires jusqu’à concurrence d’un taux horaire maximal de 15 dollars (incluant les avantages sociaux).

Tendance au sur mesure

Le succès obtenu par l’expérimentation de la formule d’alternance travail-études d’assembleur de portes et fenêtres pourrait bien faire des petits, s’étendre à d’autres métiers, devenir une tendance lourde.

« Le modèle est appelé à se répandre en raison de la hausse de la demande de formation sur mesure en milieu de travail », estime Martin Soucy, coordonnateur au service aux entreprises du Centre de formation professionnelle des Patriotes en Montérégie. « L’avenir, dit-il, repose sur la diversité de l’offre de formation pour desservir des clientèles que l’on ne pourrait pas rejoindre autrement. »

La rareté de la main-d’oeuvre, souligne Martin Soucy, amène son établissement à proposer des moyens plus souples (parcours courts, sur mesure, personnalisés) pouvant soutenir les travailleurs et les organisations à faire face aux nouvelles réalités de production qui exigent une mise à niveau des compétences de plus en plus rapidement.

Le défi, c’est d’adapter les contenus d’un programme, sortir un peu du cadre, prioriser les besoins des entreprises, tout en respectant les exigences du ministère de l’Éducation.

Le Comité sectoriel de main-d’oeuvre (compétences de la norme professionnelle assembleur de portes et fenêtres), les fabricants participants (installations, outils, tâches, produits) et le CFP (pédagogie, programmes) ont réussi à le faire dans un esprit de partenariat.

Disponible en ligne

Le rapport global de la première enquête sur la rémunération et les conditions de travail dans l’industrie est maintenant disponible en ligne! Achat en ligne

Les manufacturiers qui n’ont pas pu participer à l’enquête salariale 2018 peuvent se la procurer sur le site du Comité sectoriel (section Nouvelles de la page d’accueil solutionsrh.net) au coût de 1500 dollars, taxes en sus. Les membres des associations patronales (AVFQ, AFMQ, AFDICQ) déboursent 1000 dollars s’ils veulent en faire l’achat.

Les résultats de l’étude (138 répondants) présentent notamment le taux horaire (minimum, moyen et maximum) d’une cinquantaine de métiers par secteur d’activité, par taille et par région.

Aide au recrutement

Vous avez des besoins de main-d’oeuvre? Le Comité sectoriel propose aux manufacturiers des outils capables de les aider à recruter des travailleurs offrant les compétences nécessaires au développement de leur organisation.

Le répertoire des employeurs de clicemplois.net, indexé dans Google, offre une visibilité gratuite pour rejoindre un public encore plus large. Il suffit de répondre à un questionnaire en ligne en deux minutes.

Le Comité sectoriel a développé une stratégie de réseautage avec quelque 350 organismes d’employabilité (membres de l’AXTRA, de la TCRI, du RSSMO et de emploisenrégions.ca) desservant tous les bassins de main-d’oeuvre, y compris ceux plus éloignés du marché du travail (personnes immigrantes, handicapées ou judiciarisées, femmes, autochtones, etc.). La demande leur sera transmise.Le 21 novembre

À l’agenda le 19 novembre!

En cette période de rareté de main-d’oeuvre, savoir faire la gestion de la compétence et de la formation peut aider à vous démarquer pour attirer, garder les employés.grand rendez-vous RH

Ce sera le thème central de la 5e édition du Grand Rendez-vous RH manufacturier qui se tiendra au Centre de congrès de Saint-Hyacinthe le 19 novembre 2019.

Formation des compagnons

Faites rouler votre usine à plein régime grâce à des travailleurs qualifiés. Le Comité sectoriel propose des activités de formation des compagnons/formateurs dans une dizaine de régions du Québec. Trousse d’infos

La durée du cours est de 16 heures en deux jours. Les frais s’élèvent à 200 dollars par participant (location de la salle, repas, honoraires du formateur). Après la formation, vous avez 30 jours pour réclamer au Comité sectoriel le remboursement de 100 % des salaires des travailleurs jusqu’à concurrence d’un taux horaire de 20 dollars (incluant les avantages sociaux). Infos : Jocelyne Bellemare (jbellemare@solutionsrh.net), 514.661.3460.

Perfectionnement des superviseurs

Mobiliser ses troupes pour améliorer le climat de travail et la performance de l’organisation n’est pas étranger au succès d’un bon nombre de manufacturiers qui ont inscrit des cadres intermédiaires d’usine à l’activité de perfectionnement des superviseurs/contremaîtres. Trousse d’infos

La formation est offerte selon la demande d’un ou de plusieurs manufacturiers par région. Elle dure 28 heures réparties sur quatre mois. L’entreprise paie la moitié des frais d’inscription, soit 1250 dollars par participant. Le Comité sectoriel s’acquitte d’une somme équivalente. Il rembourse en plus une partie de la rémunération de chacun des participants (incluant les avantages sociaux). C'est-à-dire jusqu’à concurrence de 10 dollars de l’heure (par exemple, si le taux horaire maximal admissible s’élève à 20 dollars). Infos : Jocelyne Bellemare (jbellemare@solutionsrh.net), 514.661.3460.