Comité sectoriel de main-d'œuvre des industries des portes et fenêtres, du meuble et des armoires de cuisine

Ébéniste
   




Jean-François Hamelin fabrique des meubles et des éléments décoratifs en bois que l’on trouve dans les supermarchés. «J’aime toucher au bois, lui imprimer une forme, une structure. C’est un geste créatif», souligne l’ébéniste du fabricant EMA Design, situé à Saint-Jean-sur-Richelieu, sur la rive sud du Saint-Laurent, près de Montréal.

Ce que je fais
Jean-François effectue presque toutes les tâches relatives à la production d’une commande, depuis la coupe jusqu’à l’assemblage. Il réalise les présentoirs de boulangerie, les tables de boucherie, les étals de fruits et légumes, les boiseries, etc.

Prenons l’exemple d’une charrette destinée à la mise en valeur des denrées alimentaires. La première étape consiste à effectuer une lecture du plan faisant état des spécifications du client. «Après avoir préparé divers matériaux et équipements de travail, je coupe, je taille et je plane les planches de bois. Je façonne ainsi la base, les pieds, les bras et les côtés en mélamine, selon les bonnes dimensions. Je les recouvre très souvent de matériaux de bois, dont l’essence peut varier d’une commande à l’autre.»

Pendant qu’un collègue affine certaines pièces charnières, Jean-François perce ensuite les trous dans les montants et les traverses d’appui. «Une fois que l’ensemble des morceaux présente le profil désiré, nous procédons au montage du «casse-tête».» À la suite d’une inspection minutieuse du mobilier, il effectue les retouches nécessaires. «Il faut parfois adapter l’ouvrage à l’environnement de son destinataire. Il arrive qu’un sablage s’impose.» Suivent généralement les opérations de teinture, de peinture et de finition dans un service voisin.

Ce qu’il faut
L'ébénisterie est une technique qui demande une expérimentation plus longue que la
menuiserie. Cela exige la maîtrise d’habiletés manuelles et tactiles supérieures à la moyenne. On doit régler la machinerie de traitement du bois. On doit utiliser le plateau de sciage, la perceuse, le tournevis, le marteau, le rabot, le ruban à mesurer, etc.

Faire preuve de débrouillardise sert également la cause de Jean-François. «En présence d’une pièce ronde, il faut être capable de prendre un gabarit et d’inventer un truc qui va permettre de la confectionner. Nous disposons bien sûr de moules et de points de repère, mais nous devons souvent adapter tout ça parce que nous faisons beaucoup de modèles sur mesure.»

Parmi les autres qualités recherchées, la curiosité artistique figure très certainement au premier plan, estime-t-il. Il est très important de s’informer des nouvelles tendances du marché. «Quand je visite une épicerie, un commerce, un restaurant ou encore un établissement public, je remarque tous les détails, aussi bien la décoration, le style, les couleurs, l’aménagement intérieur que l’agencement de l’ameublement. «Ça nous inspire dans l’exercice de nos fonctions.»

À quoi ressemble mon travail
Jean-François travaille dans une enceinte à aire ouverte couvrant la moitié de la superficie de l’atelier de production, séparée par un demi-mur. «À proximité de mon poste de travail, on ne s’entend pas vraiment parler.» Il fait usage de deux établis, d’une débiteuse, d’un plateau de sciage et d’un convoyeur. Divers ouvriers l’accompagnent tout au long de la réalisation des travaux. L’ébéniste consulte régulièrement les employés affectés aux ventes, à l’achat des matières premières, à l’usinage, au machinage et à l’assemblage des composantes. «C’est un travail d’équipe.»

Son horaire de travail brille par sa régularité. «Du lundi au jeudi, je commence à 6 h 30 et je finis à 16 h 15, tandis que le vendredi, je quitte les lieux vers 11 h 30.» Nombre d’artisans du bois travaillent par contre le soir et le week-end. De plus, les heures supplémentaires ponctuent à l’occasion les semaines ouvrables .

À quoi je peux aspirer
L’itinéraire d’un ébéniste peut le conduire dans plusieurs directions. «Je suis devenu chef d’équipe six mois après mon embauche», cite en exemple Jean-François. Au fil des ans, il pourrait devenir contremaître ou, étant donné sa connaissance des matériaux et des produits, dessinateur.

«Pour des raisons similaires, certains d’entre nous s’orientent vers le métier d’acheteur. Nous sommes au fait des besoins de l’usine et des procédés de production.»

Intérêts
• Aimer accomplir des tâches de création artistique.
• Aimer travailler en manipulant des instruments.
• Aimer accomplir individuellement des tâches du début à la fin.

Aptitudes
• Facilité à mouvoir les mains habilement.
• Être minutieux et inventif.
• Capacité de travailler debout ou dans des positions inconfortables durant de longues périodes.