Comité sectoriel de main-d'œuvre des industries des portes et fenêtres, du meuble et des armoires de cuisine

Directeur d’usine
   




Il y a plus d’une quarantaine d’années, Roland Bédard assemblait des tiroirs pour le groupe Meubles Laurier, un fabricant de la région de Québec, spécialisé principalement dans la fabrication de meubles de chambre à coucher. «J’ai toujours aimé relever beaucoup de défis et régler des problèmes», explique le directeur de l’usine située à Laurier-Station.

Ce que je fais
En poste depuis 1980, Roland s’occupe de faire fonctionner l’atelier à plein régime dans le respect des échéanciers, des normes de qualité et des impératifs de rentabilité. «Par exemple, je veille à prévenir le ralentissement des opérations, le manque de personnel ou l’usure mécanique.» Il passe en revue le matériel, le calendrier des commandes, la condition des machines, les besoins de main-d’œuvre. «Je tente d’être visionnaire, c’est-à-dire de voir venir les coups...»

Son rôle consiste également à créer un climat de travail favorable. «En cas d’apparition de conflits ou de problèmes de relations de travail, j’essaie d’aider les employés sur un plan individuel. Je tente de trouver un terrain d’entente avec le syndicat dans des cas plus épineux, où les enjeux sont plus globaux», ajoute le dirigeant. À titre de président du comité de santé et sécurité au travail, il élabore des programmes de prévention avec les syndiqués. «Par exemple, nous avons mis en place un plan d’évacuation dans les cas d’incendie et d’explosion. Nous avions observé quelques lacunes dans un certain nombre de services.»

Ce qu’il faut
De nos jours, le directeur d’usine possède souvent un diplôme universitaire en génie industriel ou encore en génie mécanique. Roland, lui, n’a pourtant pas effectué d’études postsecondaires.

Il a appris l’abc du métier «sur le tas», en plus de suivre divers cours (CSST, techniques de production, gestion du personnel). «J’ai mis environ 20 ans à gravir les échelons un à un jusqu’au sommet: assemblage de tiroirs, finition de meubles, fabrication de gabarits, contremaître», se remémore-t-il.

Si le savoir-faire s’acquiert, il en va tout autrement du savoir-être, exigence fondamentale à l’exercice de sa profession actuelle. Il faut comprendre les gens, faire preuve d’ouverture et prendre position sans se laisser manipuler par tout un chacun, et cela, dans l’intérêt supérieur de l’organisation. «On doit être en mesure d’exercer son leadership en consultant les éléments dynamiques de l’organisation», résume Roland.

À quoi ressemble mon travail
Un directeur d’usine passe davantage de temps à l’atelier qu’à son bureau. Il évalue et analyse l’évolution de l’ensemble des travaux dans tous les services. «En compagnie des chefs d’équipe et des contremaîtres, je détermine les besoins et les faiblesses. Nous nous efforçons de trouver les solutions optimales», enchaîne Roland. Il consacre ainsi 30 % de son temps à l’administration des affaires courantes: planification, organisation, rapports, réunions.

Sa journée de travail devrait normalement commencer vers 8 h 15. Mais Roland arrive chaque matin au travail à 6 h 45 depuis près de 15 ans. «J’abats énormément de besogne juste avant l’arrivée du personnel. Je m’assure que rien ne manque (par exemple de l’effectif, des matières premières, des pièces, etc.) dans l’atelier.» Aux alentours de 16 h 45, le patron de l’usine tire sa révérence. «Sauf en cas de retard de production et d’urgence.»

À quoi je peux aspirer
Un directeur d’usine dans l’industrie du meuble peut aspirer à la vice-présidence d’une grande société. Il agit comme une sorte de chef d’orchestre des grands projets d’expansion. Au sein des PME, c’est souvent plus difficile d’accéder à ce poste d’envergure, parce que les actionnaires se réservent souvent les fonctions maîtresses de gestion et de développement. «Mais quelqu’un possédant les compétences, les habiletés professionnelles demandées et le savoir-être se positionne très favorablement pour saisir les occasions de promotion», souligne Roland.

Intérêts
• Aimer décider, superviser, influencer, diriger les personnes.
• Aimer communiquer avec les gens pour les convaincre, les persuader.
• Aimer travailler avec les chiffres et les mathématiques.

Aptitudes
• Avoir un bon sens de l’organisation du travail.
• Démontrer du leadership au sein d’une équipe.
• Esprit intègre, méthodique et organisé.
• Facilité à communiquer clairement oralement ou par écrit.
• Démontrer de la diplomatie.
• Habileté à faire des calculs rapidement et avec exactitude.