Comité sectoriel de main-d'œuvre des industries des portes et fenêtres, du meuble et des armoires de cuisine

Directeur recherche et développement
   




Gilles Brind’Amour voit à renouveler les modèles en mettant en commun les compétences des employés. «J’agence les besoins pressentis aux capacités de production et de commercialisation», souligne le vice-président du groupe Dutalier, un important fabricant de fauteuils oscillants situé à Sainte-Pie sur la rive sud de Montréal.

Ce que je fais
Gilles s’assure qu’on introduise des caractéristiques inédites aux meubles qui vont se démarquer de ceux des compétiteurs dans l’espoir d’accroître les parts de marché dans l’industrie. Il joue sur divers aspects, comme les éléments mécaniques, le design, le rembourrage, les formes, les couleurs, les tissus. Il y a deux ans, Dutalier a bien perçu dans son microcréneau un désir d’acheter une chaise capable de s’arrêter à différentes positions tout en gardant la mobilité de l’avant vers l’arrière. Et son vice-président en recherche et développement devait trouver une solution pouvant réunir quatre paramètres, soit ergonomique, pratique, économique et esthétique.

Avec son équipe, il a mis au point un prototype d’essai à partir de ce concept. «On l’a testé. Puis nous avons sollicité les commentaires de certains de nos clients.» Ce qui a permis ainsi d’accoucher d’un prototype plus précis. Au fur et à mesure, l’équipe raffinait certains ingrédients de la recette. Après une période de rodage sur la chaîne de production à l’usine du siège social, Gilles a pu autoriser l’amorce de la fabrication. «De l’idée de départ jusqu’à la première livraison, il s’est écoulé environ un an.»

Ce qu’il faut
De plus en plus souvent diplômé en ingénierie, le directeur ou vice-président recherche et développement supervise plusieurs projets à la fois. Mais gérer et orienter les efforts de tout le monde dans le but d’en arriver à des percées mercantiles tangibles n’est pas une sinécure.

«Il faut être rassembleur pour rallier tous les points de vue. C’est l’emploi parfait pour celui qui combine des connaissances techniques, des habiletés d’organisateur et des qualités humaines.» Gilles fait montre d’ingéniosité et d’un sens artistique. Il doit traduire ainsi dans la matière les spécifications techniques de la commande et les attentes du consommateur. «Ça demande un côté investigateur et visionnaire.» Réaliser la faisabilité du projet sans altérer les considérations esthétiques du produit imaginé à l’origine nécessite des pirouettes intellectuelles peu communes. À cet égard, la maîtrise des aspects géométriques, du comportement des matériaux et des procédés de production est précieuse.

À quoi ressemble mon travail
Pareil praticien s’affaire à son bureau. Gilles analyse des études, lit des magazines. Il recueille aussi les impressions de la clientèle au sujet des collections novatrices. «Je discute de l’avancement des travaux avec les collègues dans une foule de services: ventes, marketing, design, comptabilité, production, équipe technique, etc.» Ses déplacements sont passablement nombreux. «J’assiste aux foires d’équipements et aux expositions de meubles aussi bien en Europe qu’aux États-Unis. Je visite des magasins d’ameublement, des manufacturiers, des clients...»

Gilles fait cogiter sa matière grise au moins de 40 à 50 heures par semaine. Mais son horaire de travail n’a pas de frontières. C’est le propre des créateurs. «Le temps que je passe au bureau n’est pas représentatif de ma contribution. Je poursuis ma réflexion quand je suis à la maison, en automobile, en voyage d’affaires, en avion, à la chambre d’hôtel...» La notion d’heures supplémentaires ne veut rien dire. Le directeur ou le vice-président recherche et développement est davantage à la merci des échéanciers de la mise en marché des nouveaux produits.

À quoi je peux aspirer
Quiconque occupe le poste de directeur ou vice-président recherche et développement se trouve au sommet de la sphère d’influence au sein d’une organisation. «Après, il n’y a plus que la présidence. Et il peut y aspirer au même titre que les autres cadres supérieurs si le candidat a le profil d’un gestionnaire averti», fait remarquer Gilles. À l’occasion, ces professionnels du milieu sautent à pieds joints sur une autre possibilité: démarrer leur propre entreprise.

Intérêts
• Aimer décider, superviser, influencer, diriger les personnes.
• Aimer résoudre les situations problématiques.
• Aimer travailler de façon méthodique et organisée.
• Aimer gérer une entreprise.
• Aimer accomplir des tâches de création artistique.

Aptitudes
• Avoir un bon sens de l’organisation du travail.
• Démontrer du leadership au sein d’une équipe.
• Habileté à se faire comprendre clairement.
• Démontrer un sens aigu des responsabilités.
• Faculté d’imagination et de visualisation en trois dimensions.