Comité sectoriel de main-d'œuvre des industries des portes et fenêtres, du meuble et des armoires de cuisine

Cuisiniste
   




La conception d’armoires de cuisine n’a plus de secret pour André Patenaude qui œuvre dans ce domaine depuis plus de 20 ans. Passionné par l’ébénisterie, il a appris le métier de cuisiniste «sur le tas». Il travaille pour Cuisi-Boutique, une entreprise de Brossard.

Ce que je fais
Le métier de cuisiniste emprunte des tâches à la fois au designer, à l’ébéniste et au représentant aux ventes. Le cuisiniste doit en effet convaincre le client de faire affaire avec l’entreprise pour laquelle il travaille en lui proposant les plans de la cuisine de ses rêves. De plus, il dessine les armoires et autres meubles de rangement et s’occupe de la conception de l’éclairage et du décor (choix des recouvrements de comptoir et de sol, de la robinetterie, etc.).

André rencontre d’abord le client qui a préalablement pris contact avec l’entreprise. En règle générale, cette visite se fait à domicile. «De cette façon, je peux voir la pièce et les possibilités qu’elle offre, explique André. Le client fait alors part de ses besoins et de ses envies. Envisage-t-il de changer les électroménagers? Faut-il abattre un mur? Rêve-t-il d’un îlot central? Je peux aussi lui faire des suggestions. Enfin, j’en profite pour prendre les mesures de la pièce.»

Vient ensuite l’étape de la conception des plans qui se fait de plus en plus sur ordinateur. La rapidité d’exécution entre alors en ligne de compte. «Il faut battre le fer pendant qu’il est chaud. Si on laisse attendre le client pendant plusieurs jours, il risque d’aller chez un concurrent.» Par ailleurs, André est parfois obligé d’attendre que le client ait choisi de nouveaux électroménagers ou qu’il ait reçu le devis de l’entrepreneur en rénovation avant de mettre le projet en production.

Par la suite, il soumet les plans au client, qui peut demander des modifications ou accepter ce qui lui est proposé. Cette étape franchie, il prend les dernières mesures de la pièce avant de mettre en production les armoires de cuisine qui sont fabriquées en usine. André doit assurer une surveillance des travaux de rénovation. Il peut alors effectuer une ou plusieurs visites du chantier et garder contact avec l’entrepreneur pour que celui-ci respecte ses plans. André rencontre également l’installateur d’armoires pour lui donner les paramètres du projet. Le travail terminé, il se rend une dernière fois sur place pour évaluer le résultat. «Mon travail est fini quand le client est satisfait de sa cuisine», précise André.

Ce qu’il faut
En plus de connaître les domaines de la construction et de l’ébénisterie, il est utile d’acquérir des notions en électricité et en plomberie. Il faut aussi posséder une bonne dose de créativité. À cela s’ajoutent des aptitudes pour la vente. Un cuisiniste doit également connaître les électroménagers offerts sur le marché. Il a aussi la responsabilité de guider le client dans le choix des matériaux et des accessoires. Parmi les autres préalables, mentionnons la connaissance des logiciels de conception de plans et la résistance au stress. «La concurrence est forte dans le domaine. De plus, il faut parfois réagir rapidement aux demandes du client», raconte André. Un autre atout essentiel: le sens de la communication. «C’est important de savoir écouter le client pour répondre le mieux possible à ses besoins.» Enfin, il doit respecter le budget global du client ou, si celui-ci ne l’a pas établi, l’aider dans ses calculs.

À quoi ressemble mon travail
Un cuisiniste ne connaît pas la routine. Il se déplace fréquemment chez les clients, mais l’étape de la conception des plans s’effectue davantage en solitaire. L’horaire de travail varie puisqu’il n’est pas rare qu’il travaille le soir et le week-end. En règle générale, le cuisiniste est embauché par un fabricant ou un détaillant d’armoires de cuisine. Quelques-uns choisissent de travailler pour leur compte.

À quoi je peux aspirer
Certains cuisinistes peuvent occuper un emploi en recherche et développement auprès d’un fabricant. Ces derniers conçoivent les nouveaux modèles d’armoires de cuisine. D’autre part, «une personne qui démontre des capacités d’entrepreneur peut fonder son entreprise et ainsi devenir fabricant», dit André.

Intérêts
• Aimer accomplir des tâches de création artistique.
• Aimer travailler en contact avec des personnes.
• Aimer comprendre les phénomènes et résoudre les situations problématiques.
• Aimer manipuler des instruments informatiques.
• Aimer s’occuper de commerce ou de finance.
• Aimer travailler les chiffres ou les mathématiques.

Aptitudes
• Capacité de travailler avec précision.
• Dextérité manuelle.
• Être minutieux et inventif.
• Avoir un sens aigu de l’observation.
• Faculté d’imagination et de visualisation en trois dimensions.
• Facilité à communiquer oralement ou par écrit.