Comité sectoriel de main-d'œuvre des industries des portes et fenêtres, du meuble et des armoires de cuisine

Comptable en contrôle de gestion (Contrôleur)
   




«J’aime régler des problèmes. Mon travail m’amène à prendre des décisions à partir d’une lecture en profondeur des états financiers», souligne Josée Surprenant, comptable en contrôle de gestion au sein du groupe Thermovision, un fabricant de portes et d’armoires en thermoplastique situé à Saint-Jean-sur-Richelieu, sur la rive sud du Saint-Laurent dans la région de Montréal.

Ce que je fais
Josée vérifie le cheminement des entrées et des sorties de fonds dans la compagnie. Elle gère les sommes d’argent servant à l’administration du personnel. «Les employés chargés des comptes clients et fournisseurs relèvent de moi. Par exemple, j’approuve les registres de paie.» Débours et recettes subissent un traitement semblable. «J’autorise les paiements émis aux fournisseurs et je jette un coup d’œil attentif sur ceux qui proviennent des clients.»

Un comptable en contrôle de gestion effectue également l’analyse financière. C’est une sorte de radiographie du bilan de santé d’une entreprise. «Je scrute à la loupe chaque poste budgétaire. J’examine entre autres si l’ensemble des dépenses engagées apparaissent bel et bien dans la bonne colonne de chiffres. Il arrive que des erreurs d’écriture se glissent à l’occasion. J’établis aussi le ratio du fonds de roulement, le taux de profitabilité, etc.»

Ce qu’il faut
En plus d’avoir une formation universitaire en comptabilité, Josée fait montre de minutie dans l’exercice de sa profession. «Nous sommes tenus de donner l’heure juste sur l’état des finances. Grâce à cet instrument de mesure, le groupe oriente ses lignes d’attaque, élabore des projets d’expansion, développe de nouveaux créneaux.»

Un contrôleur possède forcément un sens aigu de l’organisation du travail. Il faut être capable de mener plusieurs tâches administratives de front. «Lorsque les dossiers se multiplient, savoir gérer les priorités s’impose. Nous devons déléguer certaines missions administratives.

Autrement, il serait difficile d’affronter toutes les embûches.» Josée insiste sur l’importance de se mettre à l’écoute des collègues avant de prendre position, au sujet d’un problème relié à la circulation de l’information financière entre quelques services, par exemple. Supposons que le préposé aux comptes fournisseurs éprouve des ennuis à obtenir du service des achats un ou des documents permettant de valider les factures. «Je m’assois avec les personnes concernées. Je tente de trouver une solution satisfaisante ralliant les points de vue de tout le monde.»

À quoi ressemble mon travail
Josée travaille le plus souvent à son bureau devant l’ordinateur. Elle passe beaucoup de temps au téléphone. «Question de régler un malentendu, je suis appelée à discuter avec des clients et des fournisseurs.» Son travail nécessite des déplacements dans les locaux de l’administration pour la collecte des données financières, le recoupement d’informations et l’analyse des livres comptables de Thermovision. «C’est un travail à la fois solitaire et d’équipe.» Elle consulte le président, le directeur de la production, les actionnaires. «Je fais de même avec le commis-comptable, le préposé aux comptes clients et fournisseurs.»

Un comptable en contrôle de gestion travaille généralement durant les heures d’ouverture des bureaux, entre 8 h et 16 h 30. «Moi, je finis régulièrement vers 18 h, 19 h. Un samedi sur trois, je viens terminer des dossiers en suspens. Certains collègues emportent des documents à la maison. On ne compte pas nos heures. Mais je peux quand même bénéficier d’une vie sociale presque normale. Il faut dire que je n’ai pas encore fondé de famille. Dans les circonstances, mon temps de loisirs n’est pas vraiment touché.»

À quoi je peux aspirer
Les comptables en contrôle de gestion peuvent aspirer au poste de comptable en prix de revient. Mais la grande majorité d’entre eux ont plutôt les yeux tournés vers les fonctions de vice-président ou de directeur des finances, selon la taille de la compagnie. Ce cadre s’occupe notamment de gérer les cordons de la bourse et d’obtenir du financement. «Après plusieurs années de service et forts d’une connaissance approfondie de l’industrie, certains préfèrent lancer leur propre affaire», souligne Josée.

Intérêts
• Aimer la gestion d’entreprise, s’occuper de finance ou de commerce.
• Aimer les chiffres et les mathématiques.
• Aimer communiquer avec les gens pour les persuader et les convaincre.

Aptitudes
• Avoir un sens aigu de l’organisation du travail.
• Avoir de la facilité à communiquer oralement et par écrit.
• Habileté à faire des calculs rapidement et avec exactitude.
• Habitude à remarquer les détails dans les chiffres et les mots.